AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum ferme malheureusement ses portes

Partagez | 
 

 Que le Diable l'emporte (Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Julien Morgan
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 105
Alter-Égo : Aucun
Age de l'Irl : 22
Localisation : Quartiers chics de Gotham
Emploi : Trafiquant d'armes
Date d'inscription : 16/02/2013
Un
Criminel



MessageSujet: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Lun 1 Avr 2013 - 13:16

Il n'était pas prudent de se balader la nuit dans les ruelles sales de Gotham City. Toutes sortes de gens pouvaient s'y trouver et la mort planait au dessus de vous à chaque instant. Peut-être qu'Hokuai appréciait l'ambiance dangereuse de ces quartiers et aimait traîner dans ce genre de lieux glauques. Un vendeur de fruits et légumes clandestin reçut un étrange client en imper noir qui lui acheta une pomme. L'homme, un écossais vu son accent, jeta quelques pièces sur le comptoir et se mit en marche en croquant dans la pomme juteuse.
Il se souvenait de l'arrivée d'Hokuai dans leur petit groupe, de la méfiance que le patron éprouvait pour cet homme. Ils ne pouvaient pas se permettre d'offrir leur confiance à n'importe qui où leur petite entreprise connaîtrait véritablement la crise. Morgan avait été clair, il était inutile de secouer Hokuai. De l'espionnage et de la surveillance suffiraient pour le moment.

Peter J. Wenscombe sentit le jus froid couler le long de son menton. Il essuya son menton avec sa manche et se remit en marche. Il parla dans la petite oreillette qu'il portait et entendit une autre voix à l'autre bout.

- Où est Bedlam ?

Bedlam était le nom de code choisi pour désigner Hokuai. Peter avait fait ce choix lui-même car Julien aurait trouvé un tel surnom désuet.

- Nous sommes trois à le suivre maintenant. Nous sommes séparés et je pense qu'il ne nous a pas remarqués. Nous sommes sur Arlington Street.

Peter n'aimait pas cette facilité. Hokuai avait dû les remarquer mais il n'avait encore rien fait. Peter se mit en marche pour essayer d'avoir un visuel sur la situation. Ils allaient devoir découvrir quelque-chose de concluant au bout de cette filature sinon Julien ne serait pas satisfait par leur travail.

Allez, montre-moi ton vrai visage...

Peter s'était dissimulé dans un coin de rue et observait Hokuai. Il portait fausse moustache et lunettes noires pour ne pas être reconnu. Il forçait son accent écossais plus que d'habitude pour ne pas être identifié. Sa couverture était-elle bonne ? Il pensait que oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.forumactif.org/


avatar
Cedric Law
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 31
Alter-Égo : Hokuai
Localisation : Parmi les ombres, traquant une proie pour jouer avec elle. Le jour, je me repose en mon cercueil.
Emploi : Mercenaire
Date d'inscription : 11/03/2013
Un
Pnj



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Lun 1 Avr 2013 - 13:57

La nuit était le moment préféré de la journée d'Hokuai. Disons que pour lui, c'était l'heure de se lever dès la nuit tombée.
Sa journée commençait à dix-huit heures et se finissait vers six heures voire sept.
Le reste du temps, il se reposait dans son cercueil.
Morbide personnage.

Ce soir, il avait opté pour ses couleurs à lui, le noir et le blanc. Une chemise blanche, un pantalon noir et son éternel long manteau de cuir noir. Et sur lui, ses lames adorées.
Il n'y avait que sa longue épée et un de ses katanas qu'il n'avait toujours pas retrouvé. D'ailleurs c'était pour cela qu'il était sorti. Non seulement pour se trouver une proie mais aussi pour retrouver ses armes qui devraient être arrivées.

Gotham est une grande ville. Vaste.
Vaste territoire de chasse.
Les ruelles surtout.
En chemin, il huma l'air et sentit plusieurs présences. D'abord celle d'une femme puis une autre odeur. Une odeur de pomme.
Une odeur qui le suivait partout.


"Pas très discret celui-ci." pensa t-il.

Il ne prit pas la peine de se retourner. Il souriait. Un petit sourire sombre. Et inquiétant.
Mais il se fichait bien de celui qui le suivait.
Il avait autre chose à faire.
Retrouver ses armes en priorité. D'où la nécessité de fixer un rendez-vous dans l'une de ces ruelles peu fréquentables à la personne qui avait récupérées ses armes passées discrètement à la douane.

Quelqu'un l'attendait, dans l'ombre, avec des paquets à côté de lui.
Hokuai le sut que c'était lui.


-Où sont-elles?

-B...bon...bonsoir monsieur Law. Vos...armes...sont intactes...

-J'espère bien mon cher. Auquel cas je serai obligé de vous châtier de les avoir ne serait-ce qu'abîmées.


Il se pencha sur les paquets et les ouvrit, dévoilant leur contenu.
Dans le premier, il y avait un autre katana. Il le regarda attentivement, le fourreau, la lame, tout. Le soupesa.

A côté de lui, l'homme semblait avoir peur, il transpirait. De peur.
Hokuai s'attaqua au dernier paquet. Une grande et longue épée et son fourreau. Il fit de même que pour le katana.

Rapidement, il dégaina la longue épée, plaqua l'homme contre un mur, lui mettant la lame sous la gorge.

-Elle s'appelle Mihawk. Vous avez bien observé le fourreau et les pierres précieuses qui étaient dessus n'est-ce pas? Observez aussi celles qui se trouvent sur sa garde. Il en manque deux. Et ils ont été remplacés par des faux. Sachez qu'il ne vaut mieux pas tenter de me tromper très cher. Où sont les deux rubis que vous m'avez volé?

L'homme lui répondit. L'assassin jura en japonais et trancha la gorge du voleur, le laissant s'étouffer dans son sang.
Il nettoya délicatement la lame de Mihawk qu'il rangea dans son fourreau, plaçant la grande épée sur son dos. Puis il prit le katana qu'il plaça du côté gauche, juste en dessous de l'autre katana.
Toutes ses lames étaient présentes.
Il huma de nouveau l'air.


-Je sens...comme une odeur de pomme. Allons très cher, sortez de votre cachette je vous prie. Cela fait maintenant quelques temps que vous me suivez et que je me lasse de feindre de ne pas le savoir.


Il se mit à rire. Un rire sournoisement lugubre. Et il se retourna vers Wenscombe.

-Si vous voulez évitez de vous faire entendre de moi, veillez à ne plus respirer; peut-être ne vous entendrai-je pas la fois prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Julien Morgan
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 105
Alter-Égo : Aucun
Age de l'Irl : 22
Localisation : Quartiers chics de Gotham
Emploi : Trafiquant d'armes
Date d'inscription : 16/02/2013
Un
Criminel



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Jeu 4 Avr 2013 - 6:17

Wenscombe n'avait pas tout compris à la scène qu'il avait vu mais ça lui avait permis de voir la force de son ennemi et sa détermination. C'était un tueur tout comme lui sauf qu'il ne semblait avoir aucun état d'âme en ôtant la vie de ce misérable. Cet homme était plus fort qu'il le pensait mais il n'était sûrement pas invincible. Lors de cet échange avec un voyou de bas-étage, il avait récupéré un katana et une épée. Il finit par éliminer le voleur pendant que Wenscombe observait avec un mince sourire.

-Je sens...comme une odeur de pomme. Allons très cher, sortez de votre cachette je vous prie. Cela fait maintenant quelques temps que vous me suivez et que je me lasse de feindre de ne pas le savoir.

Il se mit à rire et se tourna vers Wenscombe.

-Si vous voulez évitez de vous faire entendre de moi, veillez à ne plus respirer; peut-être ne vous entendrai-je pas la fois prochaine.

Peter J. Wenscombe esquissa un sourire amusé en le voyant face à lui. Il applaudit tout en se débarrassant de la perruque, de la fausse moustache et des lunettes noires. Il souriait de bon coeur malgré une légère hypocrisie bien typique.

- Bravo, vous n'usurpez pas votre réputation. Je voulais être certain que mon employeur n'engage pas un énième raté dans son équipe mais je suis rassuré. Je n'aurais pas à tuer une personne de plus en si peu de temps.

Wenscombe réfléchit en regardant ce qu'il restait de la pomme dans sa main, elle était en partie croquée mais encore presque entière. Il commença à jongler avec avant de lâcher un seul mot à l'adresse d'Hokuai.

- Réflexe ?

Il jeta la pomme un peu plus avant. S'il avait faim, il l'attraperait sûrement avec facilité mais Wenscombe voulait voir aussi s'il était aussi doué qu'Arnold qui arrivait à toucher la pomme au vol avec un scalpel.
C'était un jeu où seuls les tueurs pouvaient se comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.forumactif.org/


avatar
Cedric Law
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 31
Alter-Égo : Hokuai
Localisation : Parmi les ombres, traquant une proie pour jouer avec elle. Le jour, je me repose en mon cercueil.
Emploi : Mercenaire
Date d'inscription : 11/03/2013
Un
Pnj



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Jeu 4 Avr 2013 - 12:41

Hokuai regarda l'homme se débarrasser des effets qu'il avait utilisé pour se grimer.
Très mal en tous cas.
Le type souriait. Et son ton était hypocrite.


- Bravo, vous n'usurpez pas votre réputation. Je voulais être certain que mon employeur n'engage pas un énième raté dans son équipe mais je suis rassuré. Je n'aurais pas à tuer une personne de plus en si peu de temps.

Mais bien sûr, garde ton hypocrisie pour toi et tes vaines flatteries, elles ne m'atteignent pas, pourrait dire le tueur.
Mais il était poli et lui-même un grand manipulateur et hypocrite usant des mêmes armes, comme Don Juan déjà cité; et comme déjà dit, mais il est bon de le rappeler, qu'à côté de lui, le célèbre séducteur connu en France par Molière, n'est qu'un fade personnage fictif. L'assassin, lui, était réel, charmeur séduisant, aux flatteries et cajoleries renouvelables à souhait, et qu'importe sa proie, le chasseur est toujours près pour abattre son gibier.
A coups de lames.

- Réflexe ?

La pomme vola dans sa direction. Hokuai ne cilla pas.
D'un geste très rapide, une lame sortit de la manche gauche qu'il avait levée. Lame en main, il plaça la pointe de son arme devant lui. D'elle-même, la pomme vint se planter dans la fine lame aiguisée. Le fruit s'y était planté comme une motte de beurre dans un couteau. C'est-à-dire très facilement.
Hokuai n'avait presque pas bougé. Il était resté froid et droit. De son autre main il retira le fruit qui s'écrasa au sol.
Son sourire avait disparu. La lame de sa manche aussi, elle était rangée maintenant.

-Juste la flemme de sortir un sabre pour trancher ce fruit déjà entamé au vol.

Une lueur étrangement malsaine brilla dans ses yeux de rapace alors que son regard semblait être celui du faucon analysant sa proie au vol.

-Et vous, avez-vous des réflexes? demanda t-il en se passant négligemment la langue sur ses lèvres.

Sans lui laisser le temps de faire quoi que ce soit, le tueur se rapprocha dangereusement, d'une démarche souple et féline, mais prêt à agir au cas où et dégainer son sabre - non, y a pas de sous-entendus là.
Son sourire ne laissait présager rien de bon.
Il avait repéré sa proie.

Le faucon se rapprochait de sa proie déjà repérée depuis longtemps. A l'odeur. Il suffisait de suivre.
Il passa près de l'Ecossais sans s'en soucier, comme s'il n'était pas là, suivant l'odeur de la femme. Un enivrant parfum de violette qui ne le laissait pas indifférent.
Les mains dans ses poches, tranquillement, sans bruit, il suivait la piste de sa victime, laissant seul pour l'instant celui qui avait été chargé de le suivre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Julien Morgan
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 105
Alter-Égo : Aucun
Age de l'Irl : 22
Localisation : Quartiers chics de Gotham
Emploi : Trafiquant d'armes
Date d'inscription : 16/02/2013
Un
Criminel



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Jeu 4 Avr 2013 - 14:36

D'un geste très rapide, Hokuai rattrapa le fruit à l'aide d'une lame qu'il pointa vers le fruit. La pomme vint s'y planter sans aucune difficulté. De son autre main, il retira la pomme de sa lame et la jeta à terre. La lame de sa manche fut aussitôt rangée.

-Juste la flemme de sortir un sabre pour trancher ce fruit déjà entamé au vol.

Peter se mit à rire franchement. Un gars comme Hokuai pouvait être utile à la petite entreprise de Julien Morgan. Dommage qu'il ne semblait pas dévoué et intéressé par tout l'argent que pouvait lui fournir le français. Dommage qu'il était dans le collimateur du premier actionnaire de la Green World Company. Il aurait sûrement été un très bon assassin et peut-être qu'on l'aurait envoyé trancher la gorge de quelques ratés qui gênaient les plans de Julien Morgan.
Peter avait figé son sourire en observant une certaine lueur malsaine dans le regard de son interlocuteur. Il aurait pu continué à jouer les fanfarons mais il n'aimait pas franchement quand quelqu'un avait ce genre d'attitude.

-Et vous, avez-vous des réflexes?

Il avait dit ça en se passant la langue sur les lèvres ce qui était en soi un signe assez étrange pour l'écossais qu'était Mister Wenscombe. Soudainement, il s'approcha doucement et d'une démarche adroite. Un sourire était sur son visage et ça ne rassurait pas vraiment Peter qui avait mis la main dans sa poche et qui serrait le poing sur son Glock 17 juste au cas où.
Il remarqua finalement que ce n'était pas vers lui qu'Hokuai se dirigeait ainsi. Il passa son chemin et laissa en plan l'écossais qui ne savait pas trop quoi penser à l'instant. Il décida de le suivre au final jusqu'à voir au bout de la route ce qu'il semblait suivre, une femme.

- Ah bah, ce sont bien les hommes. Dès qu'ils voient un cul, ils ne lâchent pas l'affaire.

Il avait lâché ça dans un vieux patois écossais pour qu'on le comprenne pas si Hokuai pouvait l'entendre à cette distance. Il décida de suivre Hokuai en gardant néanmoins ses distances et pour voir ce qu'il allait se passer. Il avait une certaine curiosité morbide quand à cet homme. Il espérait ne pas être déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.forumactif.org/


avatar
Cedric Law
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 31
Alter-Égo : Hokuai
Localisation : Parmi les ombres, traquant une proie pour jouer avec elle. Le jour, je me repose en mon cercueil.
Emploi : Mercenaire
Date d'inscription : 11/03/2013
Un
Pnj



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Jeu 4 Avr 2013 - 17:36

L'enivrant parfum de violette qu'il suivit l'amena directement à une femme. Elle était de dos, marchant dans ses ruelles sordides alors qu'une femme savait que s'y promener seule la nuit était dangereux.
L'assassin la suivait à une distance respectable, dans l'ombre. Caché.
Il savait que l'autre le suivait à distance. Une certaine odeur de pomme flottant dans l'air.
Mais la violette était plus persistante.

Après la filature à respectable distance, il décida qu'il était temps de jouer.
Il siffla. Comme ces adolescents sûrs de leur charisme et de leur popularité auprès des filles, voyants en passer une, inconnue mais tout à fait à leur goût, qu'ils aimeraient mettre dans leur lit.
Elle se retourna. Elle le vit.
L'ombre s'était dressée de toute sa hauteur, menaçante, effrayante.
À la faveur de la lumière lunaire, l'astre plein, elle vit le sourire de l'homme. Inquiétant et sinistre.
Il la regardait comme n'importe quel homme, ses clients.
Mais lui, avait quelquechose de plus terrible.
Elle prit peur et courut. Mais avec ses talons, c'était peine perdue.
Le sadique marchait, quant à lui. Sûr de lui. De remporter cette courte bataille.
La traque ne fut pas longue.
Elle chuta.

Arrivé à sa hauteur, il la regarda. Malgré un certain manque de luminosité, pas besoin de voir pour comprendre.
La femme avait peur. A terre, elle recula, lui avançait. Puis il lui prit tendrement la main et la releva avec une extrême douceur. Ses lèvres déposèrent un doux baiser dans le cou de la fille de joie. Elle se dit que finalement, c'était comme les autres, mais qu'il était un original. Il était plus doux avec elle, que les autres hommes.
Elle recula jusqu'au mur, l'entraînant avec elle. Elle avait tout de même peur. Il était armé.
Il planta ses yeux de faucon dans ceux de la fille, sombres et inquiets.


-Chut! Je ne te ferai pas de mal voyons. Je vais juste te délivrer de cette douloureuse existence que tu mènes.

Timidement, elle répliqua qu'elle avait déjà eu ce type de discours. Aucun n'a tenu sa promesse.
Il lui susurra que lui, la tiendrait. Qu'elle aurait enfin la paix.
La Paix.
Pour toujours.
Sans l'avoir déshonoré, il se recula respectueusement en souriant. Elle avait moins peur.
Il tendit la main vers elle.
Il la tua.

Il reprit la lame sortie de sa manche, comme précédemment avec la pomme, qui venait de se ficher dans la tête de l'actuelle morte.
Le cadavre s'affaisa au sol et il se pencha tout à fait pour en admirer tous les traits du visage.


-Vois charmante que tu étais, tu l'es encore plus maintenant. Et tu as enfin la paix que tu souhaitais. Tu es si belle désormais, et si attirante. dit-il amoureusement.

Il déposa un dernier baiser sur son front avant de se lever, puis de se tourner vers l'espion.


-Je suis désolé, j'ai oublié de demander si vous vouliez jouer avec elle avant que je ne la libère de sa triste vie terrestre. annonça t-il, presque désolé, en souriant pourtant.

Il s'éloigna.

Il avait deux rubis à retrouver pour Mihawk. Et si l'autre le suivait encore, l'Écossais ne serait pas au bout d'autres morbides surprises et aurait bien des choses à relater à Morgan. S'il ne lui arrivait rien entre temps.


-Pomme dont je n'ai pas compris le nom la fois dernière, rappelle-le moi et rappelle-toi que ton souffle et ton odeur te trahissent. ajouta t-il sans se retourner à celui qui le suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Julien Morgan
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 105
Alter-Égo : Aucun
Age de l'Irl : 22
Localisation : Quartiers chics de Gotham
Emploi : Trafiquant d'armes
Date d'inscription : 16/02/2013
Un
Criminel



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Ven 5 Avr 2013 - 11:11

La scène que Peter J. Wenscombe vit était l'une des plus terrifiantes qu'il n'avait jamais vu. Hokuai était vraiment un drôle de spécimen. Il était sûrement fou et une telle folie ne pouvait que terrifier celui qui n'était pas habitué à ce genre de spectacle. Peter avait côtoyé bon nombre de névropathes sadiques quand il bossait encore à Paris. Il avait notamment tué un certain Jimmy surnommé La Taupe car il enterrait toutes ses victimes dans un même endroit en l’occurrence sous son jardin. On a trouvé 37 crânes, près 68 ossements divers et autres parties du corps humain sous terre. On a remarqué dans cette zone qui était envahie par les taupes que l'espèce de taupes y vivant avait un comportement inhabituel. Ces animaux étaient devenus carnivores à cause de ce tueur. Wenscombe l'a éliminé un soir d'octobre avant de le jeter à la Seine. Une bonne chose de faite.
Peter se faisait cette même réflexion, il aimerait bien débarrasser le monde d'un énième psychopathe mais il devrait attendre les ordres de Julien Morgan. Il n'avait pas à faire ça sans instructions surtout que c'était très risqué avec un ennemi aussi bien armé.

Hokuai avait réussi à rattraper la jeune femme. Elle avait essayé de fuir mais elle avait chuté. Peter avançait à pas lents pour mieux voir mais se tenait néanmoins à distance. Il ne pressentait rien de bon. L'homme prit tendrement la jeune femme et il y eut un moment d'incompréhension dans l'esprit de Wenscombe. Qu'est-ce qu'il foutait ? Il voulait se la taper ? Wenscombe aurait choisi une meilleure approche que lui faire peur dans ce cas mais ce n'était pas la question. Il y avait néanmoins quelque-chose d'étrange, qui ne tournait pas rond. Wenscombe avait un très mauvais pressentiment en voyant Hokuai se reculer doucement et lever son bras. Le corps de la femme tomba subitement et Wenscombe sortit son arme de sa poche par pur réflexe. Il pourrait tirer sur Hokuai mais il n'avait pas ordre de le tuer.
Hokuai embrassa le front avant de se relever et de se tourner vers l'écossais.

-Je suis désolé, j'ai oublié de demander si vous vouliez jouer avec elle avant que je ne la libère de sa triste vie terrestre.

Wenscombe fixait le tueur d'un regard froid, il n'avait plus envie de plaisanter. Sa voix était dure et légèrement rauque.

- La mort est une libération hein ? J'en ai entendu des allumés avancer des théories pareilles mais en voir des comme vous tuer par altruisme, je suis impressionné. Faites-vous mi-moine mi-tueur, ça pourrait vous réussir.

Wenscombe avait les yeux rivés sur son interlocuteur qui s'était retourné et s'apprêtait à partir.

-Pomme dont je n'ai pas compris le nom la fois dernière, rappelle-le moi et rappelle-toi que ton souffle et ton odeur te trahissent.

L'écossais rangea l'arme dans son holster et fit mine de ne pas le suivre alors qu'Hokuai s'éloignait. Il prit par une ruelle par le côté sachant pertinemment qu'il rejoindrait Hokuai vers une autre rue où il allait forcément déboucher. Il suivit la ruelle en observant son smartphone et en localisant ainsi les hommes de Morgan qui patrouillaient déguisés à chaque coin de rue. Il ne pourrait pas échapper à leur surveillance.
Il déboucha dans la rue principale de ce quartier et vit Hokuai toujours en train de marcher. Wenscombe demeura dans l'ombre de la ruelle et lâcha ces quelques mots quand Hokuai passa près de la ruelle sans s'y aventurer pour autant.

- La pomme s'appelle Wenscombe Hokuai san.

Il avait la main droite prête à dégainer si jamais Hokuai avait de mauvaises idées. Il comptait jouer encore un peu avec lui tant qu'il était sur sa piste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.forumactif.org/


avatar
Cedric Law
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 31
Alter-Égo : Hokuai
Localisation : Parmi les ombres, traquant une proie pour jouer avec elle. Le jour, je me repose en mon cercueil.
Emploi : Mercenaire
Date d'inscription : 11/03/2013
Un
Pnj



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Ven 5 Avr 2013 - 13:34

-Entendu Ringo san, murmura en riant lugubrement, l'assassin en passant.

Wenscombe voulait jouer? Ils allaient jouer.
Apparemment il voulait voir jusqu'où le tueur pouvait aller en se sentant surveillé.
C'était bête, mais Hokuai pouvait aller très loin.
Le tueur se dit qu'il était temps, à présent, de les semer. A sa manière.
C'est bien à ça que servaient les ombres n'est-ce pas? Les ombres, la nuit.
Il se glissa dans la pénombre totale, se dirigea vers une bouche d'égout qu'il ouvrit et s'y engouffra, sans oublier de refermer derrière lui.

Maintenant, il allait pouvoir agir plus librement.
________________
"Bonjour mesdemoiselles, messieurs, mesdames; représentants des forces de l'ordre.
L'Oeil du Faucon vous salue bien et vous conseille de ne pas le rechercher sous peine d'y passer des années en vain.
Bien à vous,
L'Oeil du Faucon"


Ce message trônait sur le comptoir de la bijouterie, sur un petit bout de papier, en lettres de sang. A côté du message, la tête décapitée du bijoutier; celui qui avait osé acheter les deux rubis de Mihawk.
Rien. Absolument rien n'avait été volé.
Et pourtant, l'on pouvait aisément se demander comment il avait fait pour rentrer.
Une petite bijouterie, pourtant ayant les sécurités certes minimales mais suffisantes pour empêcher tout être malvenu d'entrer. Juste au-dessus de la boutique, l'appartement du bijoutier.
Et de sa fille. Vingt ans, blonde, jeune, belle.
Morte.
Et déshonorée.
Elle s'était agitée et il l'avait tuée. D'un coup de katana dans le coeur. Son corps gisait près de celui de son père, sans tête.
Il lui avait suffi de séduire la belle qui rentrait chez elle, elle l'avait fait entrer et il ne restait plus qu'à récupérer ce qui lui appartenait.
Le tueur sortit par la bijouterie.
Bien sûr, il avait fait attention aux caméras; jamais il ne montrait son visage.

Une heure et plus certainement s'était écoulée entre sa disparition et le double-meurtre.
Maintenant, il allait faire signe à Ringo san qu'il était de nouveau là.

Il se présenta devant eux.
Souriant comme s'il s'était bien amusé.
Tout en lui était impeccable et il avait comme une aura de ténèbres qui se dégageait de lui; comme si la lumière environnante s'éclipsait devant sa malfaisance et sa malveillance.
Juste quelques petits détails qui avaient changé chez lui; il avait du sang sur sa chemise blanche et au coin des lèvres, qu'il essuya machinalement comme on essuie le peu de bière qu'on a laissé filer sur son coin de bouche.
Son regard et son allure traduisait ce qu'il avait fait.

-Bonne nuit messieurs? J'espère que vous ne vous êtes pas trop épuisés à me chercher.Vous en aurez des choses à raconter à Morgan sama.

Quand on disait qu'il n'avait rien volé, ça n'était peut-être pas vrai.
Il se retourna pour rentrer.
Mains dans les poches de son long manteau. La main droite serra ce qu'il donnerait plus tard à Miss Tellier.
Un bracelet de jade. Cela n'était pas grand chose, mais cela devrait lui faire plaisir.
Autant profiter un peu, il savait que son plaisir ne durerait pas, lorsque le Faucheur Gris arriverait, lui, ce maudit homme et toute sa bande de cinglés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Julien Morgan
T'as vue? C'est mon nom
Messages : 105
Alter-Égo : Aucun
Age de l'Irl : 22
Localisation : Quartiers chics de Gotham
Emploi : Trafiquant d'armes
Date d'inscription : 16/02/2013
Un
Criminel



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law) Sam 6 Avr 2013 - 4:38

-Entendu Ringo san

Wenscombe ignora la remarque pendant qu'il s'éloignait. Il jeta un coup d'oeil là où se trouvait Hokuai juste avant. Il avait disparu, il se mit à courir en espérant que certains des hommes en faction aux coins de rues ne l'avaient pas perdu de vue mais ce qu'il craignait le plus était arrivé. Il avait réussi à passer au travers des mailles du filet. Il se mit à réfléchir au milieu de la rue en analysant chaque passant. Il crut reconnaître sa silhouette à l'entrée de l'enseigne d'un barbier. Il courut vers le bâtiment mais il ne vit pas ce qu'il cherchait à l'intérieur.
Ce salopard avait bel et bien réussi à leur échapper. Wenscombe et ses hommes s'étaient dispersés dans ce quartier pour rechercher une trace d'Hokuai. Ils avaient entre autres examiné le cadavre de la jeune femme tuée avant par Hokuai pour tenter d'y trouver un indice mais il n'y avait rien d'intéressant pour pister leur cible.

Ils avaient tourné dans ce quartier pendant près d'une heure sans rien trouver. Il leur avait échappé. Wenscombe ne put s'empêcher de jurer quand il vit Hokuai leur apparaître, souriant. Il les narguait et se fichait bien d'eux. Il essuya du sang qu'il avait au coin des lèvres et c'est à ce moment que Wenscombe remarqua les tâches de sang sur sa tenue. Il avait réussi à s'éloigner d'eux pour faire ce qu'il avait envie de faire et il était revenu souligner leur incompétence en se montrant juste devant eux.

-Bonne nuit messieurs? J'espère que vous ne vous êtes pas trop épuisés à me chercher.Vous en aurez des choses à raconter à Morgan sama.

Wenscombe inspira profondément pendant qu'Hokuai s'éloignait. Il se retourna pour s'assurer qu'aucun de ses hommes n'étaient derrière lui.

- MERDE !

Il prit son smartphone et l'alluma. Il fit défiler la liste de contacts et appela Julien Morgan. Le visage du français apparut finalement sur l'écran, il se trouvait dans sa suite à l'hôtel.

- Salut Julien. Le type a réussi à nous semer mais tout laisse penser qu'il a commis un crime quand il a échappé à notre surveillance. Nous l'avons, malgré tout, vu tuer une jeune femme dans une ruelle. Qu'est-ce qu'on fait ?

Il remarqua une grimace de mécontentement sur le visage de son patron. Il se demandait bien pourquoi il les payait s'il n'arrivait pas à filer discrètement un type.

- Stoppez la surveillance. S'il vous a remarqué, ça ne servira à rien de continuer. Rentrez au bercail dès que vous pourrez et je te conseille d'avertir Arnold et Lucie sur la dangerosité de ce type.

Wenscombe approuva.

- Arnold sait bien se protéger mais il vaut mieux éviter de mêler la comptable à tout ça.

- Surtout qu'elle semble avoir un faible pour Hokuai.

Il y eut un moment de silence. La nouvelle ne fut pas chaleureusement accueillie par l'écossais. Il aimait bien cette jeune femme qui leur servait de comptable et imaginer qu'Hokuai pouvait s'en approcher faisait peur à Peter.

- Je la préviendrais du danger. Que faites-vous de Miss Nazo ?

Morgan eut un petit rire avant de répondre.

- Elle n'est pas vraiment amie avec Hokuai. Si on a un problème avec lui, je pense qu'elle sera de notre côté. Rentrez vite quand même et reposez vous en rentrant. Il faudra être en pleine forme si jamais Hokuai nous joue un mauvais tour.

Le visage de Morgan disparut de l'écran laissant Wenscombe a ses réflexions. Il était temps de rentrer. Il héla un taxi et donna l'adresse de l'hôtel. Il protégerait Lucie comme il peut car cette jeune femme était innocente. Elle dirigeait les livres de comptes d'un trafiquant d'armes mais elle n'avait pas toutes les informations en main et ils ne voulaient pas la mouiller dans ce genre d'affaires. Elle serait déclarée innocente si jamais ils se faisaient attraper un jour. C'est tout ce qui compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.forumactif.org/


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom



MessageSujet: Re: Que le Diable l'emporte (Cedric Law)

Revenir en haut Aller en bas
 

Que le Diable l'emporte (Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» au revoir, à la revoyure, bon voyage, arrivederci, sayonara, adieu, bon débarras, bon vent, que le diable t'emporte à 3.. ok maggle.
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman City ::  :: Gotham Uptown :: Rues & Ruelles-